• Lorsque la nuit l'emporte....

    (07-01-2005)



    Le vide, un vide abyssal qui m'étreint l'âme,
    Un vide absolu, cette obscurité effrayante
    Qui noie dans son antre les dernières larmes
    D'une lumière qui s'étiole, lancinante

    Plus un bruit, les sens tous aux aguets,
    Mais rien pour troubler l'angoissante
    Quiétude, au parfum de mausolée
    Sous les ténèbres rampantes...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :