• Je dormais encore, je dormais à peine

    Mais suffisamment.. Bien assez

    Pour qu'en rêveries tu m'emmènes

    A chérir d'Orient ton palais.

    Je fais parfois ce rêve étrange que profitant de mon sommeil tu te glisses sous les draps.

    Bercé
    par le délice de tes caresses et les songes qui en naitraient je
    poursuivrais lentement mon chemin en Eden. Je te verrais en reve
    emprisonner entre tes levres ce membre ou mon coeur palpite.. sourire
    naif mélé de plaisir.. le corps noyé en voie lactée je me sentirais
    perdre pieds dans l'innocence troublante des rêveries.. en jouir.. en
    jouir inconscient.. délivré.. perdu ..

    Heureuse et satisfaite
    d'avoir su à nouveau me faire défaillir corps et ame tu gouterais
    longuement le miel qui habillerait ta gorge en me gardant au chaud
    encore .. encore un peu .. Lentement tu serpenterais le long de mon
    corps inerte et brulant .. et loin .. loin tout au loin dans mes songes
    ... comme en écho aux frissons .. j'entendrais jusque dans ma chair les
    doux mots que tu me réserves ... :

    "Je t'aime".


    24 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires